La Bouche pleine de terre // Branimir Šćepanović

La Bouche pleine de terre // Branimir Šćepanović

Suivi de : La Mort de M. Golouja

COLLECTION INSOMNIES

1974
Traduit du serbe par Jean Descat (traduction révisée)
Illustrations inédites de Bernharda Xilko
Postface d’Emmanuel Laugier

136 pages // 14 euros

ISBN : 979-10-92159-16-5
Diffusion-distribution : Les Belles Lettres BLDD
Parution : 18 janvier 2019

••••••••••••••••••••••••••

« Maintenant tout lui semblait à la fois plus beau et plus réel,
et il ne lui venait pas un instant à l’esprit que quelqu’un pût lui vouloir du mal. »

Un homme court, seul. Deux chasseurs qui campent par là le voient passer. Surpris de cette intrusion, « comme enivrés par l’âcre odeur de la forêt », ils décident de le rattraper. L’homme repart, les deux chasseurs sur ses talons. S’ensuit une battue farouche, où l’incompréhension se mue en haine.

Intrigue dépouillée à l’extrême mais d’une infinie complexité secrète, La Bouche pleine de terre est une œuvre inclassable qui oscille entre fantastique, absurde et réalisme ; entre allégorie, roman ou conte.

Comme dans le texte qui l’accompagne, La Mort de M. Golouja, autre histoire d’un intrus qui bouleverse le monde dans lequel il surgit, Branimir Šćepanović fait admirer son style saisissant et son imagination débridée.

Deux textes inoubliables, tendus par une angoisse croissante, qui contemplent l’existence humaine d’un œil mi-amusé, mi-résigné.

BRANIMIR ŠCEPANOVIC

•••••••••••••••••••••••••••••

EXTRAITS

>> TÉLÉCHARGER LA COUVERTURE HD >> cliquer ici.

>> TÉLÉCHARGER LE DOSSIER DE PRESSE >> cliquer ici.

•••••••••••••••••••••••••••••

REVUE DE PRESSE

« Texte envoûtant où les thèmes de la rédemption, de la catharsis, de l’extase, de l’alchimie mentale tissent entre eux de mystérieuses correspondances. Texte dans le mouvement même de la vie, pur et bouleversant. » La Quinzaine littéraire

« Un roman qui, par sa profondeur, la puissance de sa thématique et la beauté de son verbe, se hisse au niveau de la plus grande littérature. » Le Magazine littéraire

« Ce récit tendu comme un cri ne ressemble à rien de connu. (…) Un chant singulier, isolé, unique peut-être dans les lettres d’aujourd’hui. » Le Journal de Genève

« Un grand, grand monument de la littérature. » Linda Lê, dans Le Matricule des Anges

« Un éblouissant vertige. » Le Quotidien de Paris

« Un grand et terrible conteur ! » Le Soir

•••

☞ Sur Radio Campus, l’émission Paludes fait la part belle à La Bouche pleine de terre : « Un texte d’une force incroyable, un classique de la littérature serbe. » > ÉCOUTER ICI

•••••••••••••••••••••••••••••

LES LIBRAIRES EN PARLENT

☞ À la librairie Decitre de Grenoble (38), Fabien a la bouche pleine de mots : « Inclassable, iconoclaste, hallucinant-halluciné, fou, bestial, métaphorique, inquiétant, très inquiétant, démesuré, excessif, vertigineux, séditieux, social, politique, funeste, enivrant, christique … la liste pourrait s’allonger, s’allonger encore. »

☞ À Livre aux Trésors (Liège), Jérôme insiste : « Un texte incroyable, de ceux qui vous avalent et vous recrachent brutalement, vous laissant un peu désorienté et un peu groggy… L’urgence est là : lisez ! » > LIRE ICI

☞ Chez Myriagone à Angers (49), Andréas surenchérit : « Une oeuvre féroce et incongrue, dont la verve vous pousse dans une course effrénée étourdissante ! Un texte ébouriffant qui palpite, suffoque et transpire, vous racle l’échine jusqu’à l’âme. Un monument de littérature ! » > LIRE ICI

☞ Le regard d’Obliques à Auxerre (89) : « L’un de ces textes qu’on ne peut ranger nulle part, tellement fort et inspirant qu’il brise les frontières. » > LIRE ICI

☞ Coup de coeur de Mollat à Bordeaux (33) : « Aux merveilleuses éditions Tusitala, réédition d’un chef-d’oeuvre absolu, d’une sensibilité, d’une poésie et d’une profondeur folles. »

☞ Coup de coeur de Julie à la librairie Candide à Bruxelles : « Un récit fou, magnifiquement écrit et traduit à la perfection. »

☞ Chez L’Ouvre-Boîte à Paris (10e) : « Une lecture haletante, où l’auteur réussi en peu de pages (à peine 80), à illustrer la montée de la haine et sa déconstruction. Ce texte reste nécessaire et toujours aussi fort. »

☞ Au Gibert Joseph de St-Germain-en-Laye (78) : « Il y a encore, en 2019, des cinglés pour éditer des fables métaphysiques serbes, des libraires pour les conseiller et des lecteurs pour les suivre. Bonne année. » > LIRE ICI

☞ Coup de coeur de la librairie Ptyx à Bruxelles :  « Introuvable depuis quelques années, il était urgent de lui redonner vie. Merci Tusitala ! » > LIRE ICI

☞ On surenchérit au Merle Moqueur (Paris 20e) : « Un livre ébouriffant par la simplicité avec laquelle il pose des questions essentielles et par la puissance qu’il véhicule. Un roman exceptionnel, injustement méconnu, appelé assurément à devenir un classique. Un immense merci à Tusitala pour cette réédition. » > LIRE ICI

☞ Coup de coeur de Delamain (Paris, 1er) : « Très belle réédition de ce classique devenu culte. C’est un chef-d’oeuvre. Que dire de plus ? » > LIRE ICI

☞ La librairie La Fleur qui pousse à l’intérieur bourgeonne pour Branimir : « Un chef-d’oeuvre enfin sorti de l’oubli grâce aux très bonnes éditions Tusitala : hypnotique, haletant, un final bouleversant. A lire absolument, et d’une traite s’il vous plaît. » > LIRE ICI

☞ Chez L’Astragale à Lyon (69) : « Un incontournable enfin réédité : puissant, universel, magnétique… » > LIRE ICI

•••