Vulnérables // Richard Krawiec

Vulnérables // Richard Krawiec

226 pages // 20 euros

ISBN : 979-10-92159-12-7
Diffusion-distribution : Les Belles Lettres BLDD
Parution : 14 septembre 2017

•••••••••••••••••••••••••••••

Lorsque Madame Pike rentre du travail, elle trouve devant chez elle une estafette de police. Guidés par son mari, deux agents sont en train de constater les dégâts perpétrés dans la maison familiale. Cambriolée. Saccagée. Souillée. Le vieux couple est sous le choc. Leur fille, enceinte de neuf mois, demande à son grand frère Billy de leur venir en aide.

 

Quadragénaire à la vie en miettes qui n’a pas vu ses parents depuis plusieurs années, Billy revient donc en ville. Sans trop savoir pourquoi. Lui, l’ancien délinquant qui a braqué tant de maisons, se retrouve à devoir veiller sur son père et sa mère, traumatisés. Et à retourner dans la ville qui l’a vu basculer.

 

Partant de cette simple histoire de cambriolage, Richard Krawiec met le doigt où ça fait mal, et décompose méticuleusement les secrets troubles et les terreurs enfouies d’une famille moyenne américaine. Une plongée dans les entrailles sombres d’un pays renfermé sur lui-même, gangrené par la paranoïa et rongé par le malaise.

 

RICHARD KRAWIEC

 

 

 

« Richard Krawiec écrit avec une énergie qui embrase la page, 

et qui semble pourtant couler de source. »

ELMORE LEONARD

 

 

•••••••••••••••••••••••••••••

TELECHARGER

> Le dossier de presse : cliquer ici.

> La couverture en HD : cliquer ici.

•••••••••••••••••••••••••••••

REVUE DE PRESSE

☞ Sur la RTBF, à partir de 33’30, Michel Dufranne nous parle avec passion de ce « petit bijou » dans ‘Livrés à domicile’ : > VOIR ICI

 

☞ Dans Siné Mensuel, Patrick Raynal encense Vulnérables« Krawiec, c’est une plongée désespérante et vertigineuse dans une Amérique peuplée de gens qui ont cessé de s’appartenir. Désespérante, car elle est dénuée de tout pathos, vertigineuse, car on doute même qu’elle ait un fond. Indispensable. »

 

☞ La Libre Belgique consacre une très belle colonne à Rochard Krawiec : « Questionnant les ambiguïtés morales et les travers cruels d’une Amérique aveuglée par des idéaux dévoyés, Vulnérables est un texte dur, intense et bouleversant, dont l’acuité est amplifiée aujourd’hui, trente ans après son écriture. Mais sa beauté réside avant tout dans le silence qu’il brise, dans la force et l’espoir qui émergent de cette parole indispensable. Cette parole que, aussi sombre soit-elle, on veut trouver dans les livres. » > LIRE ICI

 

Le Matricule des anges consacre sa page d’ouverture de la section étrangère à Vulnérables« L’art magistral de Krawiec, son souffle, son urgence, emportent le lecteur tout au long des quelque deux cents pages du roman. » > LIRE ICI

 

☞ À la radio aussi, la RTBF est fan de Vulnérables : > ÉCOUTER ICI

 

☞ Sur l’excellent blog Encore du noir : « Un livre âpre, violent et d’une rare beauté. »

 

 Nyctalopes peine à trouver les mots pour décrire un roman « exceptionnel » : « des bouquins de cette puissance, de cette intelligence et de cette humanité aussi, vous n’en lirez pas souvent ».

•••••••••••••••••••••••••••••

LES LIBRAIRES EN PARLENT

☞ Martin, de la librairie Brouillon de Culture (Caen) : « Grosse claque de la rentrée littéraire que ce roman coup de poing écrit à la fin des années 1980 et jamais publié. Toute l’atmosphère poisseuse et délétère de l’Amérique des petits blancs votant Trump se retrouve dans ce roman témoignage, lucide et désespéré. »

 

☞ Mathilde, de la librairie Delamain (Paris 1er) : « De loin ce que j’ai lu de meilleur ces derniers mois, sans flagornerie, quel texte ! »

 

☞ Michèle, de la librairie Texture (Paris 19e) : « Il est terrible ! Un grand livre. »

 

☞ Gwendoline, de la librairie La Manoeuvre (Paris 12e) : « Un texte extraordinaire. J’en suis encore toute retournée, vraiment quelle beauté, quelle plume désabusée. TROP BIEN. »

 

☞ Vincent Ladoucette, libraire (Toulouse) : « Une écriture remarquable, un personnage touchant, une atmosphère lourde, poisseuse, et une histoire magnifique : c’est un immense roman, de ceux qui marquent un lecteur à vie. »

 

☞ Aline Connabel de la Librairie du Canal (Paris 10e) : « Ne passez pas à côté de Vulnérables !! C’est un récit fort, TRÈS FORT, qui retourne le ventre certes, mais promis, vous ne serez pas déçus de faire la connaissance de Billy, un quadragénaire prêt à tuer pour sauver sa famille et éventuellement, se sauver lui ! »

 

☞ Sébastien, de la librairie Page et plume (Limoges) : « Vulnérables, c’est la fragilité et la violence, l’amour et la haine, c’est un livre poignant qui interroge et interpelle sur la part d’humanité qu’il reste à l’Homme. Un grand livre. »

 

☞ Coup de coeur de Marie-Aurélie de la librairie Mollat (Bordeaux) : « Billy Pike est un anti-héros à vous arracher le cœur ancré dans le réel d’une société américaine rendue invisible. D’une subtilité incroyable, Vulnérables est bien plus qu’une satire sociale. Si Krawiec y dépeint avec beaucoup d’intelligence la volonté d’une classe à s’accrocher à ses acquis et ses possessions matérielles ou d’apparence, c’est aussi le portrait tragique des générations post sixties qui ‘vieillissent sans grandir’. »

 

☞ Julien, de la librairie Millepages (Vincennes) : « Véritable cri de rage face à l’Amérique du gouvernement Reagan, Krawiec, avec ce roman jamais publié aux Etats Unis, signe une fiction remarquable et, surtout, juste. De cette justice réclamée par les délaissés de l’Amérique post-industrielle des trente dernières années. »

 

☞ Elodie, de la librairie Gibert Barbès (Paris 18e) : « Je pourrais envoyer tous les superlatifs existant pour vous écrire la passion inconditionnelle que j’ai pour ce roman et cet auteur en particulier. (…) Vous sortirez vidé de cette lecture, mais plus riche encore. »

 

☞ Guillaume, de la libraire L’Atelier (Paris 20e) : « J’ai retrouvé l’âpreté, la poésie, l’hyper violence, le côté social – évidemment – de cette radiographie d’une Amérique des grandes villes oubliées, white trash, qui part doucement en lambeaux… Bref tout ce qui m’avait fait aimer Dandy. Un superbe roman noir, violent, âpre et poétique. »

 

☞ Jacky, de la librairie Calligrammes (La Rochelle) : « Richard Krawiec est un détour dans le cours de notre vie de lecteur, on se « laisse absorber dans le monde inventé par un autre au point d’oublier le nôtre. Nos problèmes ne paraissent plus si graves. » On est un peu chez Carver, pour le décor, l’étroitesse des vies, cette tristesse qui colle aux personnages, et puis d’un coup on bascule ailleurs, dans un méridien de violence, de sang, de mensonges, de désespoir et de sexe, c’est à en perdre le nord, « un cul-de-sac général »… et pourtant, quelle lecture époustouflante ! Un plongeon dans un bouillon d’acide rafraîchissant, l’auteur a l’Amérique sous les yeux et sa plume est perçante. Foncez chez votre libraire !!! »

 

☞ La librairie L’Arbre à lettre (Paris 12e) : « Un roman qui ne manquera sans doute pas de vous blesser l’âme et le coeur. »

 

☞ Le Merle moqueur (Paris 20e) : « Un roman qui vous prend aux tripes, par sa radicalité, sans perdre une once de sensibilité, de justesse et de bienveillance à l’égard des laissés-pour-compte de l’Amérique. »

 

☞ Estelle, de la librairie Gibert (Toulouse) : « Cette peinture assez glaçante de la naissance de la peur, de la paranoïa et du sentiment d’impuissance chez des blancs de la classe moyenne qui n’ont que moyennement vécu le rêve américain nous éclaire sans fard sur le terreau du pire. Implacable. »

 

☞ Valérie, de la librairie Le Divan (Paris 15e) : « Un texte inédit à ce jour, même aux États-Unis, qui nous livre, à travers un récit bouleversant de détresse, l’image d’un Amérique repliée sur ses peurs. Très beau coup de coeur. »

 

☞ À L’Atelier 9 (Paris 9e), Samuel est conquis : « Vulnérables est taillé dans cet humour féroce, cette intimité douloureuse et sans concession caractéristique de la grande littérature américaine. Une tragédie sous haute tension, noire et terriblement humaine. »

 

☞ Hugues, de la librairie Charybde (Paris 12e) : « Vulnérables est remarquablement intelligent, cruel, poignant, et donc nécessaire. » > LA SUITE ICI.

•••••••••••••••••••••••••••••


Du même auteur :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tusitala